Wallonia Easy Line: WEL, Wel, wel…

Nous avons testé pour vous… WEL ou Wallonia Easy Line.

C’est un peu le Flixbus du TEC: réservation uniquement par une application dédiée (ça commence mal…), prix fixe de 5 euros (pour une fois c’est simple et ça ne bouge pas), quelques arrêts seulement desservis par ligne afin de limiter le temps de parcours.

Les itinéraires des 6 premières lignes tiennent surtout du « test grandeur nature » avant l’arrivé promise de 40 lignes en tout (on ne sais pas encore où).

Deux lignes nous semblent d’emblée prometteuses: le W04 Liège-Marche et le W05 Nivelles-Namur. Pourquoi? D’abord parce que ces lignes offrent des liaisons inédites le long d’axes principaux jusque là délaissés par les TEC (parce qu’ils franchissent des frontières provinciales?). Ensuite parce que la distance parcourue en vaut la peine: 5 euros devraient selon nous permettre de parcourir au minimum 30 km, soit l’équivalent du tarif complet SNCB.

A contrario, nous ne donnons pas cher du W01 Athis – Mons (seulement 20 km), avec son temps de parcours à peine meilleur que l’offre classique (38 minutes au lieu de 45) qui elle, certes, nécessite une correspondance.

Le W02 Bastogne-Arlon se contente quand à lui de doubler l’offre du 1011 sur un court tronçon. Quid du W06 Braine-l’Alleud -Waterloo – Wavre Nord (20 km à vol d’oiseau), avec sa liaison quelque peu inédite entre La Hulpe, Wavre et son zoning? C’est finalement à bord du W03 Charleroi-Chimay que nous décidons d’embarquer.

Tout d’abord on télécharge l’application WEL, on rentre ses données personnelles, et puis cherche quand notre bus circule. Pas évident vu l’absence de grille horaire classique, de schémas de lignes… et tous les arrêts WEL mélangés dans une seule longue liste! Ridicule, en tout cas, de nous demander l’heure précise à laquelle nous voulons voyager, au lieu d’afficher directement les deux seuls parcours de la journée. Du côté des autres applications, Moovit et Google Maps renseignent les parcours WEL (sans avertir de la billetique spécifique), mais pas SNCB ni Citymapper. Seule l’appli TEC fait ça bien, le contraire serait un comble! Bref, on réserve, c’est facile et rapide, OK.

La réservation ne peut s’effectuer que par l’application, on l’a dit plus haut, et 30 minutes avant le départ. Ça peut paraître anodin, mais on exclut déjà là une part non négligeable du marché: 20 % de la population belge ne dispose pas d’un smartphone. On peut imaginer que ces 20 % sont proportionnellement aussi enclins (voir beaucoup plus) à utiliser les transports en commun. Il faut ensuite disposer d’une carte de paiement, et de l’éventuel digipass y afférant. Encore quelques voyageurs mal équipés exclus. Quant aux 30 minutes, que font ceux dont les horaires (études, travail, loisirs) sont quelque peu flottants? Les usagers en correspondance depuis le train? (peu de monde trimbale sa boule de cristal pour prédire un éventuel retard… plus d’1/2h à l’avance).

Bref, nous voici à Charleroi, à chercher le quai 18. Notre « WEL » pointe son nez en même temps que son concurrent, le 109a. Ce dernier, un bus de ville pas vraiment adapté à un voyage de plus d’une heure, partira 5 minutes avant nous mais arrivera… 2 minutes après nous (théoriquement). Notre car n’est pas exactement flambant neuf comme celui de la photo publicitaire ci-dessus, mais on s’en accommodera fort bien. En montant à bord, en lieu et place de l’habituel valideur MoBIB rouge, figure un code QR, qu’il faut scanner à l’aide de son smartphone (après avoir activé la 4G et donné sans broncher toutes les autorisations requises par l’application…) Bib bib, et c’est parti!

En ce vendredi soir de départ en vacances, un seul autre voyageur est à bord. Gloups. Le chauffeur nous confie que son record actuel s’établit à 9 passagers. Il nous parle de sa journée, qui consiste à aller chercher le car tôt le matin au dépôt non loin de Chimay, y embarquer les passagers, faire la route jusqu’à Charleroi, et… revenir à vide. Pour repartir à vide (sic) en milieu d’après-midi pour Charleroi, et retour en service jusqu’à Chimay. Lui-même ne comprend pas pourquoi ces deux trajets quotidiens à vide…

Notre car sort de Charleroi par une route plus directe que le 109a, mais se trouve tout de même coincé dans les embouteillages dès la nationale atteinte. Puis ce sont les tracteurs qui ralentissent notre convoi. L’unique autre passager et nous-même arrivons quasi à l’heure à Chimay, peut-être parce qu’il n’y a eu personne à embarquer ni débarquer ce jour-là en cours de route… Toujours selon notre chauffeur, le WEL fait en réalité gagner 15 à 20 minutes de temps de trajet par rapport au 109a, ce qui se vérifie aujourd’hui.

Vous l’aurez néanmoins compris, nous sommes sceptiques. Nous pensons que les adaptations suivantes seraient nécessaires:

  • La vente de billets doit être élargie aux canaux suivants: un site internet (en http, et non pas uniquement via une appli) ; aux distributeurs rouges du TEC (à Charleroi, ceux-ci permettent déjà d’acheter des tickets individuels ou à la journée sur support papier et non pas MoBIB) ; à la maison du TEC ; et auprès du chauffeur (moyennant un éventuel supplément). Même Flixbus offre un tel panel de possibilités.
  • Le tarif Horizon+ et ses réductions éventuelles (BIM, Next pour les petits parcours…) devrait cohabiter avec le tarif de 5 euros en ligne.
  • La réservation devrait pouvoir se faire à tout moment, et non pas 30 minutes à l’avance. Avec OUIBUS, nous avons déjà réservé 5 minutes avant d’embarquer, alors que le bus était à quai, ça fonctionne! Si la réservation présente l’avantage de la garantie d’une place assise (les étudiants du 1011 Athus-Liège du dimanche soir en rêveraient…), elle ne devrait cependant pas être obligatoire.
  • les lignes W01 et W06 sont trop courtes pour être incluses dans cette offre, elle devraient être converties en lignes classiques (tarif Next et Horizon) si leur parcours répond à une demande.
  • la ligne W03 Charleroi-Chimay devrait être fondue dans l’offre des bus 109 (en tant que 109 Express, par exemple), de même que celle du W02 dans l’offre du 1011. Il est contre-productif et particulièrement illisible d’offrir des parcours similaires sous deux offres commerciales différentes.
  • Certaines lignes pourraient offrir des arrêts supplémentaire, notamment le W04 Liège-Marche (Terwagne, Tinlot…).
  • Enfin, l’intermodalité devrait être mieux soignée, via la desserte de gares SNCB (Nivelles et Mazy pour le W04, Liège-Guillemins et Marloie pour le W05…)

Clôturons cet article en suggérant notre top 5 pour les prochaines liaisons promises:

  • Beaumont – (…) – Philippeville – (…) – Dinant – Ciney – Hamois – Havelange – Pont de Bonne – Neupré – Sart-Tilman – Liège
  • Bouillon – (…) – Libramont – Saint-Hubert – Barrière de Champlon – La Roche-en-Ardenne – Baraque de Fraiture – (…) – Liège
  • LLN – Wavre – Grez-Doiceau – Jodoigne – Hannut – Waremme – Liège-Guillemins – Sart-Tilman
  • Bruxelles – Wavre – Chaumont-Gistoux – Eghezée – Forville – Huy (fusion des lignes E et 18)
  • La Louvière – Manage – Seneffe – Arquennes – Nivelles – Genappe – LLN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *